Tripapyrus Environnement : ADN innovation

07 décembre 2016

Vous êtes ici

Tripapyrus photo

Tripapyrus Environnement, entreprise d’insertion basée sur la côte Vendéenne n’en est pas à sa première innovation. Après le développement de la filière de déconstruction des mobil-home il y a quelques années, Paul Clément innove sur un nouveau domaine : la régénération des plastiques non emballages.

Origine du projet

Plusieurs constats sont à l’origine de ce projet : premièrement, des tonnes d’objets plastiques sont aujourd’hui jetées dans les bennes de tout-venant (de 10 à 15 % du poids de la benne). Des déchets enfouis ou incinérés qui génèrent pollution et coûts pour la collectivité. Deuxièmement, le plastique est une matière qui connait régulièrement des pénuries, il y a un besoin de matières premières sur le marché. Troisièmement, la technologie pour affiner le plastique existe, les rebus de production des plasturgistes sont ainsi régulièrement régénérés. Enfin peu d’usine, aujourd’hui sont capables de traiter et régénérer ces plastiques.

L’innovation porteuse d’emploi

Le projet innovant de l’entreprise est donc de régénérer les déchets plastiques en matière première à destination des industriels de la plasturgie. Deux types de plastiques sont visés : polyéthylène (PE) et polypropylène (PP). Pour pouvoir transformer des déchets en matière première, il faut les regrouper par type de plastiques, l’enjeu pour une production de qualité est de ne mettre dans la marmite que du PP ou que du PE. C’est là que l’innovation de Tripapyrus intervient : l’entreprise a développé une méthodologie pour trier ces plastiques, une méthode qui met l’humain au cœur du processus. L’innovation dans la technique de tri permet de créer des emplois et rend possible le retraitement des déchets.

La future organisation du projet

Des EI implantées en Pays de la Loire et Bretagne trient les plastiques, une activité support pour des postes d’insertion. Puis les déchets plastiques triés sont vendus au centre d’affinage, dimensionné pour trier 10 000 tonnes/ an. Le centre d’affinage fera l’objet d’une nouvelle SAS, il viendra s’installer sur le site de l’ancien centre de tri de déchet ménager de Givrand, ce qui permet une reconversion du site. Le centre d’affinage sera un outil industriel, dont la gestion sera effectuée par Tripapyrus en sous traitance de la SAS. C’est le centre d’affinage qui vendra ensuite sa production aux plasturgistes. L’idée est qu’à terme, les EI qui pratiquent le tri puissent aussi s’investir dans la SAS dans un collège fournisseur.

Mise en œuvre et perspectives

Tripapyrus ainsi que ses partenaires expérimentent déjà le tri de ces déchets plastiques depuis 10 ans. L’installation du centre d’affinage va demander une levée de fonds, l’entreprise est candidate aux investissements d’avenir. La mise en activité du centre d’affinage se fera progressivement après validation et rodage de chaque étape du procédé industriel. Dans son développement, Paul Clément est accompagné par l’ESSEC et la fondation de Rothshild, car le projet est lauréat du programme Scale up qui vise le changement d’échelle des innovations sociales. A terme, le projet pourrait être dupliqué ailleurs sur le territoire français.

La fiche innovation jointe présente le projet